S&C 005 | Objets et besoins

Aujourd’hui, nous revenons au minimalisme en explorant la relation entre les objets et nos besoins. Quels sont les besoins qui nous poussent à acheter des objets ? Comment le marketing a-t-il relié les objets de consommation avec des besoins émotionnels, mentaux ou spirituels pour nous faire acheter ? En comprenant les besoins réels qui vous poussent à consommer, vous pouvez remettre en cause l’achat d’objets et trouver des moyens concrets de répondre à ces besoins.

Listen to « Simple & Cité » on Spreaker.

Objets et besoins

Avec la crise de surproduction des années 1920, les entreprises ont dû imaginer de nouveaux moyens de pousser à la consommation, au-delà des besoins concrets que remplissent les objets. Edward Berneys, neveu de Sigmund Freud, a eu l’idée de faire intervenir la psychologie pour nous faire acheter.

L’un de ses concepts fut de relier l’objet (ou la marque) à un besoin plus profondément ancré en chacun de nous, comme par exemple le besoin d’amour, de reconnaissance, d’appartenance…

Aujourd’hui, la plupart des publicités, et, de manière plus générale, des campagnes de communication des marques, font appel à ces besoins émotionnels, psychologiques ou spirituels, au lieu de se focaliser sur les propriétés concrètes de l’objet.

L’impact sur notre manière de consommer

En quoi ce lien opéré par le marketing entre besoins émotionnels et objets impacte-t-il nos vies ?

Le résultat, c’est que lorsque nous éprouvons un besoin profond, une frustration, nous avons été conditionnés à aller chercher le remède à travers l’achat d’objets matériels au lieu d’identifier ce besoin et de trouver une solution concrète.

Par exemple, lorsque j’ai débuté ma carrière, je ressentais un besoin de gagner en confiance en moi, d’être professionnelle et prise au sérieux. Sans m’en rendre compte, j’ai tenté de résoudre ce besoin en achetant des vêtements, accessoires et produits de beauté, plutôt que de trouver des moyens qui me permettraient de gagner vraiment confiance en moi.

Or, aucun objet ne peut combler ce type de besoin-là, donc même après l’achat, le besoin est toujours présent.

C’est ainsi que naît la spirale de la surconsommation : besoin insatisfait > achat d’objet dont la pub promet la satisfaction du besoin > cela ne marche pas > besoin reste insatisfait > achat d’un nouvel objet > etc.

La simplicité pour se reconnecter à ses besoins réels

Comment briser ce cercle consumériste ? Le souci principal de ce mode de pensée, c’est que le besoin inassouvi reste bien souvent à la lisière de notre conscience, et nous accourons vers la solution-achat sans même se rendre compte du besoin sous-jacent que nous tentons de combler.

Ce que je vous propose, c’est de vous reconnecter avec vos besoins profonds. Voici un petit exercice pour commencer dès maintenant :

  • La prochaine fois que vous êtes sur le point d’acheter un objet « superflu », qui n’est pas motivé par un besoin concret (exemple de besoin concret : j’ai froid, donc j’achète un pull), faites une pause.
  • N’achetez pas cet objet tout de suite, et prenez le temps d’un peu d’introspection :
  • Qu’est-ce qui a déclenché l’envie d’acheter cet objet ? Y a-t-il un événement particulier qui s’est produit ces derniers jours qui a produit de la frustration ou autre ?
  • Si vous êtes tombé(e) sur cet objet en parcourant une boutique en ligne ou un magasin, pourquoi vous y êtes-vous rendu(e) en premier lieu ?
  • Que comptez-vous faire de cet objet ? Remplit-il un usage précis qu’aucun autre objet chez vous ne peut remplir ?

Le plus simple est de pratiquer cette introspection dans votre tête, sur le moment, avant de procéder à l’achat de l’objet. Mais si vous souhaitez aller plus loin, prenez le temps, une fois chez vous, de coucher ces questions, et leurs réponses, sur un carnet (ou en numérique). Le fait de prendre le temps d’articuler vos émotions par écrit peut vous aider à dénicher ces besoins sous-jacents.

Cet exercice ne sera pas forcément efficace du premier coup, et ne va pas « guérir » soudainement tout désir d’achat matériel. Mais en répétant cette habitude de vous demander « pourquoi » avant d’acheter, vous apprendrez peu à peu à vous écouter et à comprendre vos besoins profonds. Ensuite, vous pourrez chercher des solutions vraiment efficaces pour combler ces besoins qu’aucun objet ne peut satisfaire.

Ressource

La ressource du jour est une chaîne YouTube sur le thème du minimalisme : Un soupçon de rose.

chaîne YouTube Un soupçon de rose

Sur cette chaîne, l’animatrice Marjorie documente son cheminement vers une vie plus simple, écologique et responsable. Vous y trouverez de nombreux conseils pour consommer de manière plus avisée.

Mais la raison pour laquelle j’ai choisi cette ressource en lien avec le thème du jour, c’est qu’au fil des vidéos, vous découvrirez de quelle manière Marjorie a évolué dans son rapport aux objets et à ses besoins au fil de son cheminement vers le minimalisme.

Découvrez la chaîne Un soupçon de rose 

————

Si l’émission vous a plu, n’hésitez pas à me le dire, les retours des auditeurs et auditrices me font toujours plaisir. Vous pouvez laisser un commentaire sous cet article pour réagir ou me contacter.

La prochaine émission sera publiée dans un mois et concernera la place du slow dans un mode de vie moderne. Est-il vraiment possible de vivre de manière plus lente et délibérée dans un monde en accélération constante ? Comment garder son rythme lorsque notre travail, ou bien notre environnement quotidien, est rapide est stressant ?

Florie

Créatrice du podcast "Simple & Cité", l'émission pour une vie plus simple et sereine dans le monde moderne...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *