S&C 025 | Oser ralentir

Aujourd’hui, une émission slow pour revenir sur l’idée de ralentir le rythme dans un monde en accélération constante, et surtout comment OSER ralentir dans une société où il est bien vu d’être très occupés…

Listen to « Oser ralentir » on Spreaker.

Un état d’esprit d’abondance

La première piste à explorer pour ralentir le rythme est notre état d’esprit par rapport au temps : voyons-nous cela comme une ressource dont nous disposerons jusqu’à la fin de notre vie, ou comme une chose fuyante qu’il faut poursuivre sans cesse?

Avec un état d’esprit d’abondance, on reconnaît que le découpage du temps est social, et qu’en réalité, nous pouvons choisir comment remplir le temps dont nous disposons au lieu de partir des tâches à faire et d’essayer de courir après le plus de choses possibles.

Mais ce n’est pas chose facile dans une société qui nous pousse à courir après le temps.

Choisir de ralentir à travers des petites habitudes

Une solution à expérimenter pour reprendre le contrôle sur notre perception du temps est de mettre en place des petites habitudes qui remettent un peu de lenteur dans notre vie :

  • Partir délibérément plus tôt à un RDV ou en voyage pour éviter de stresser
  • Faire le choix de systématiquement laisser passer les cyclistes, piétons, voitures…
  • Mettre en place un système de priorités des tâches, au travail ou dans les projets perso, en gardant de l’espace pour les urgences
  • … ce ne sont que des exemples parmi d’autres !

L’objectif est de discerner ce qui est véritablement urgent de ce qui ne l’est pas, et expérimenter notre marge de manœuvre en fonction des diverses contraintes de la vie pour ralentir et déstresser un peu au quotidien.

Comment oser ralentir dans une société qui glorifie l’idée d’être occupés?

Dans la société actuelle, c’est vu comme une chose positive de tout le temps s’agiter, remplir l’agenda pour montrer à quel point on est sollicité et donc important, d’avoir des week-ends remplis de loisirs et les soirées pleines de sorties.

Dans ce cadre-là, comment oser en faire moins, lever le pied, prendre des pauses si ce sont des comportements dépréciés par le monde moderne?

L’émergence des mouvements slow

Depuis une ou deux décennies, les mouvements slow se multiplient (slow food, slow citta) pour remettre l’expérience humaine au cœur de nos activités. C’est déjà un premier pas très encourageant car cela sensibilise l’opinion, et nous permet de ne pas se sentir seul(e) dans cette démarche.

Trouver son pourquoi

Un autre élément qui permet d’assumer nos choix de vie et répondre à la pression sociale, c’est d’être au clair avec les raisons qui nous poussent à ralentir : quelles sont les valeurs, motivations et priorités qui vous donnent envie de ralentir?

Par exemple, pour Carl Honoré, sa motivation était de passer du temps de qualité en famille, après s’être surpris lui-même à vouloir lire des contes en une minute à ses enfants.

Lorsque nous sommes au clair et alignés avec nos choix de vie, il est plus facile de répondre de manière à la fois ferme et bienveillante aux critiques extérieures, et de ne pas se laisser ébranler dans notre estime et confiance en nous-mêmes.

Ce travail d’intention et d’alignement est long, mais je pense sincèrement qu’il mérite d’être exploré, pour ralentir, mais aussi pour tous nos choix de vie de manière générale.

Mise en pratique

  • Prenez un papier, une app ou un micro pour écrire ou enregistrer vos réflexions
  • Notez toutes les petites habitudes que vous pourriez mettre en place pour remettre de l’intention dans votre rapport au temps, et ralentir jusqu’à trouver votre juste rythme
  • Ensuite, sélectionnez une de ces idées et pratiquez-la pendant 7 jours
  • Enfin, évaluez : qu’est-ce que ça vous a apporté? Était-ce compatible avec vos contraintes? Est-ce que ça a bien baissé le stress ou pas ?
  • En fonction, ajustez l’habitude ou testez-en une autre…

L’idée est bien de vous améliorer la vie ici, pas d’ajouter un stress supplémentaire, donc pas de pression !

Ressources mentionnées

—————

Si l’émission vous a plu, faites m’en part, cela me fera infiniment plaisir ! Vous pouvez laisser un commentaire sous cet article pour réagir ou me contacter.

Florie

Créatrice du podcast "Simple & Cité", l'émission pour une vie plus simple et sereine dans le monde moderne...

4 commentaires sur “S&C 025 | Oser ralentir

  1. Bonjour Florie,

    Tout d’abord merci infiniment pour tes podcasts. Ce sont chaque fois des petits moments de bonheur, des conseils astucieux pour ralentir, vivre avec intention et intensité. J’adore ! Moi-même je suis passionnée par le Japon, travaille dans la communication et aime écrire, Du coup, tu me fais souvent vibrer car j’ai un peu la même sensibilité. Merci beaucoup pour ces beaux partages et les nombreuses découvertes.

    A propos de ton dernier podcast, j’avais une question. Aurais-tu les références exactes du livre que tu cites « Vivre plus simplement » ? Je ne l’ai pas trouvé sur Amazon ni sur Google.
    Merci de ton aide.

    1. Bonjour et merci pour ton petit mot qui me fait super plaisir ! Je suis super contente si on s’est trouvé une sensibilité commune 🙂
      Pour le livre, je suis allée vérifier et je me suis trompée de titre (oups ^^) C’est « Vivre plus lentement » de Pascale d’Erm. J’espère que ça t’aidera à le trouver ^^
      Belle journée
      Florie

  2. Bonjour Florie et merci pour ce nouvel épisode ! A ce propos, j’aimerais te soumettre une réflexion : comment, quand on aime son métier, se résoudre à sortir du travail à l’heure, et ce quelle que soit la charge de travail en cours, et sans exigence extérieure (Rdv ou autre), juste pour pouvoir s’accorder, à soi, ce temps libre, s’autoriser à ralentir et faire des choses pour soi et non pour autrui ? Pour ma part, j’ai beau partir le matin avec de bonnes intentions, il y a toujours un dossier à finir ou un collègue en détresse qui m’amènent à sortir en retard. Des suggestions ??
    Un grand merci pour ton écoute et ta clairvoyance !

    1. Bonne question ! Trouver un équilibre entre différents aspects de notre vie qui nous plaisent tous, c’est peut-être l’exercice le plus difficile de la vie d’adulte 🙂 Une vision des choses qui m’aide beaucoup, c’est de considérer que tous ces aspects font partie d’un même écosystème, celui de ma vie, qui se nourrissent mutuellement. En d’autres termes, si ça ne va pas au travail, ça va se ressentir négativement dans ma vie privée, créative etc. Inversement, si je ne prends pas assez soin de moi, ça va se ressentir dans le travail aussi. Chaque aspect de la vie est là pour nourrir et enrichir les autres.

      Du coup, pour ta question de « comment me convaincre de partir à l’heure du travail? » : Déjà, peut-être que c’est OK de rester un peu plus tard un ou deux soirs dans la semaine si un collègue a besoin d’aide ou si un dossier a besoin d’être bouclé. Ensuite, pour les autres jours, tu pourrais te dire que si tu rentres tôt ce soir pour prendre soin de toi, ça va te régénérer et te permettre d’être en meilleure forme, plus créative et plus à l’écoute demain matin au travail. Donc finalement, c’est une décision qui est bonne pour toi mais aussi pour ton travail, si ça a du sens ? Après, à toi d’adapter en fonction de tes valeurs, de ce qui te parle, mais je sais que personnellement ça m’aide beaucoup à décrocher le soir, de me dire que je me préserve pour revenir en meilleure forme le lendemain 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *